Inspiration 2.24.17

Ils sont là
tout près de moi
empilés
tranche visible
ou invisible
tel un mille-feuille
prêt à être dévoré
des yeux
entre mes mains
ils sont passés
dans d’autres
ils iront
pourquoi les garder ?
les entasser sur des étagères, dans des sacs ?
pourquoi ne vivraient-ils pas ?
que d’autres yeux se délectent
soient attentifs à la beauté des mots
du style d’écriture
que se dessine un sourire sur un autre visage
ou que des larmes soient versées
les laisser s’en aller
qu’ils trouvent refuge
auprès d’un/e nouvel/le amoureux/euse
et moi
en découvrir des différents

Les livres…
m’en séparer, enfin.

Victor Hugo, XXI (de L’âme en fleur de Les Contemplations)

logo-prc3a9sentation-poc3a9sie
Je reviens offrir ma contribution au Cahier de poésies d’Asphodèle.

Et en ce jeudi, je choisis un poème de Victor Hugo extrait du deuxième livre L’Âme en fleur de son recueil Les Contemplations.

XXI

Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
» L’âme pleine de foi, le cœur plein de rayons,
» Rompre les mille nœuds dont la ville nous lie;
» Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
» Nous fuirions; nous irions quelque part, n’importe où,
» Chercher, loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
» Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses,
» Une maison petite avec des fleurs, un peu
» De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
» La chanson d’un oiseau qui sur le toit se pose,
» De l’ombre; — et quel besoin avons-nous d’autre chose ? »

Juillet 18.

Enregistrer

Inspiration 2.21.17

C’est calme
Il fait gris clair
Une pointe de fatigue
Un peu froid
L’envie de me blottir sous les draps
Aux côtés de mon chat
C’est calme
Bientôt le bruit de la rue
Des grands magasins
Les questions et les réponses
La chaleur d’un thé ou d’un café
Et puis l’envie de rentrer
Retrouver mon chat
Avant de récupérer le panier de légumes et de fruits
C’est calme
Il fait toujours gris
Je ne suis toujours pas partie
Je reste là
Garder, enfouir ce calme
Au creux de moi