Va-et-vient littéraire (43)

Après le calme, vient la tempête. C’est bien connu.

Si j’ai lu Catharsis de Luz, je l’ai gardé afin d’en faire un article avec La légèreté de Catherine Meurisse. Mes emprunts des dernières semaines sont également restés sur mes étagères.

Et comme si cela ne me suffisait pas : gros craquage à la bibliothèque, hier… 11 emprunts ! Riez, donc ! J’en rigole moi-même. Ar-Men est revenu (une deuxième lecture me semblait nécessaire), Rufus du regretté Tomi Ungerer, Edlyn de Cécile, Scrooge de Rodolphe et Estelle Meyrand, Je t’aime (encore) quand même de Susie Morgenstern, En marche d’Eléonore Cannone, Rebecca de Murielle Szac, La question de Henri Alleg, La rose de Saragosse de Raphaël Jérusalmy et enfin deux romans de la sélection du Prix Summer : Roissy de Tiffany Tavernier et L’hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy. Au départ, j’étais venue seulement pour Roissy mais comme mes bibliothécaires sont formidables…

N’oublions pas mes deux achats lors de la conférence, mardi soir : Instincts et Sauvage par nature de Sarah Marquis.

Et dire que mes lectures avancent doucement… Me reste à lire la moitié du roman de Nicole Vosseler, Le ciel de Darjeeling, le dernier quart de Nos étoiles contraires (John Green) et un tiers du roman de Louisa May Alcott, Les quatre filles du docteur March.

De belles acquisitions de votre côté ?

Publicités

Va-et-vient littéraire (42)

C’est le calme en ce moment.
Je suis prise par mes lectures – Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler, Nos étoiles contraires de John Green et Les quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott.

Les exilés meurent aussi d’amour d’Abnousse Shalmani est retourné à la bibliothèque.

Je souhaitais emprunter le roman de Virginie Grimaldi, Il est grand temps de rallumer les étoiles : indisponible, déjà pris.
Je me suis donc tournée vers Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure et Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet.

J’ai gardé les bandes-dessinées Capitaine Tikhomiroff de Gaétan Nocq, Les voyages d’Ulysse d’Emmanuel Lepage, La légèreté de Catherine Meurisse et Catharsis de Luz ainsi que le roman d’Henning Mankell, Les bottes suédoises et celui de John Green, Nos étoiles contraires.

 

Va-et-vient littéraire (41)

Mon esprit est ailleurs et sature de toutes ces lectures qui défilent, j’ai rendu presque tous mes emprunts bibliothèque, mardi : Illuminations et nuits blanches (Carson McCullers), Ar-Men (Emmanuel Lepage), L’aube sera grandiose (Anne-Laure Bondoux), Le sillon (Valérie Manteau), Bluebird (Tristan Koëgel), Manuel à l’usage des femmes de ménage (Lucia Berlin), Midi (Cloé Korman). Certains reviendront chez moi et les lirai, cette fois.

Je n’ai gardé que Les bottes suédoises (Henning Mankell), Catharsis (Luz), La légèreté (Catherine Meurisse), Nos étoiles contraires (John Green), Capitaine Tikhomiroff (Gaétan Nocq), Les Voyages d’Ulysse (Emmanuel Lepage) et j’ai réemprunté Les exilés meurent aussi d’amour (Abnousse Shalmani).

Mercredi, deux livres ont rejoint mes étagères : La couleur pourpre (Alice Walker) et Là où je continuerai d’être (Linda Bortoletto).

Enfin, hier, j’ai reçu Le ciel de Darjeeling (Nicole Vosseler), un partenariat avec la maison d’éditions L’Archipel.

J’espère que février m’apportera de belles lectures joyeuses et remplies d’amour !

Va-et-vient littéraire (40)

J’ai acheté…

Une mort très douce de Simone de Beauvoir.
J’ai réussi à rester en vie de Joyce Carol Oates.

J’ai emprunté…

Midi de Cloé Korman
La Maison des Brumes d’Anne Tiddis
Les bottes suédoises de Henning Mankell

Je les ai rendus… et les ai lus

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu.
L’amour après de Marceline Loridan-Ivens.

Je les ai rendus… sans les lire ou presque

Au présent du monde d’Amina Saïd
L’abattoir de verre de John Maxwell Coetzee