Comment peut-on être Breton ? Essai sur la démocratie française

Morvan Lebesque, préface de Gwenc’hlan Le Scouëzec
Points (P818)

Quand ce livre est sorti en 1970, j’avais 10 ans… Trop jeune bien entendu pour m’y intéresser, et de toute façon, encore bien loin d’avoir croisé la culture bretonne. Quoique… C’est en fait dès l’année suivante que la Bretagne s’invitera dans ma vie : Gilles Servat publie son premier album, La blanche hermine. Le coup de foudre. Il faut dire que mon village était cité à chaque refrain : « … la voilà la blanche hermine, vive Fougères et Clisson… ».
Stivell, Tri Yann, Glenmor, et d’autres encore ont rejoint Servat dans ma discothèque ensuite.
Peut-être reviendrai-je sur cette période de ma vie plus tard. Sachez juste que, aujourd’hui comme à l’époque, la Bretagne est en moi…

Le livre de Morvan Lebesque a-t-il toujours du sens, une raison d’être, cinquante ans après sa parution ?
Oui, oui, et oui encore ! Il n’est pas forcément d’un accès très aisé, c’est un essai dense, parfois austère. Mais il m’a fait du bien de le lire, même cinquante ans après sa parution. Je sors de cette lecture conforté dans mes convictions et rassuré.

Oui, il existe bien une identité bretonne, culturelle, géographique, sociale. Elle a survécu miraculeusement aux tentatives de démantèlement systématique orchestrées par des générations de dirigeants français, rois, empereurs ou présidents… Lui colle encore et toujours à la peau une image folklorique, tenace résidu de décennies, (de siècles, même) de mépris tantôt arrogant, tantôt paternaliste…

Oui, la Bretagne peut espérer un avenir au sein du concert européen, tout comme l’Ecosse, la Catalogne, et tant d’autres nations déjà émancipées ou en train de se dessiner libres. Quand Morvan Lebesque a écrit son essai, Franco garrotait encore des Basques, on parlait encore de Yougoslavie comme s’il ne s’agissait que d’un de pays. La Tchécoslovaquie  elle aussi s’est depuis lors transformée en deux nations, pacifiquement.

Oui, la Bretagne peut et doit poursuivre son chemin aux côté de la France, sans frontière, sans armée, dans un respect mutuel. La reconnaissance par cette dernière de ses composantes culturelles variées fait – très lentement – son chemin…

Rassuré, je le suis, moi qui ne vois pas d’un bon œil l’émergence des nationalismes. Morvan Lebesque trace un chemin qui évite le chauvinisme, l’exclusion de l’autre. Et il est d’autant plus légitime à prôner cette Bretagne socialiste, autonome, ouverte au monde et accueillant l’autre, qu’il a vu de (trop) près dans les années 40 les dérives potentielles d’un régionalisme dévoyé…

Reste qu’aujourd’hui encore, cinquante ans après, le plus pernicieux ennemi d’une Bretagne épanouie reste…les bretons eux-mêmes. Quelle désolation d’en entendre encore qui donnent raison à Pétain en déniant à la Loire-Atlantique son identité bretonne. Débat dans le débat… qui fait bien les affaires du pouvoir central.

Lycéen à Nantes dans les années 70, et porté par le renouveau culturel breton, je m’étais déclaré volontaire pour apprendre le Breton : il était question de proposer cette possibilité à ceux qui le souhaiteraient. Mais Paris a mis le holà, les cours n’ont jamais eu lieu. Un peu moins de cinquante ans plus tard, dès que j’aurai rejoint la Bretagne, c’est décidé, je réaliserai ce projet…

Je me donne pour règle de ne pas faire de chroniques trop longues, je sais qu’elles seraient lassantes. Celle-ci l’est un peu, j’en suis désolé. Il y a tant et tant encore à dire sur ce sujet. J’y reviendrai en d’autres occasions, et je vous remercie pour votre patience ! Et si vous le souhaitez, ouvrons la discussion via les commentaires ?

2 réflexions sur “Comment peut-on être Breton ? Essai sur la démocratie française

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s