Le roman de la Bretagne – L’histoire et les hommes

Gilles Martin-Chauffier ne prend pas de gants, c’est le moins qu’on puisse écrire ! Et c’est bien ainsi. Il égratigne sans complaisance ses (nos) ancêtres, coupables selon lui d’avoir régulièrement coupé la branche sur laquelle ils étaient assis.
Dès le prologue, il annonce la couleur, en établissant un pertinent parallèle entre le Portugal et la Bretagne, peu flatteur pour les Bretons. Et ne lui parlez pas d’Anne de Bretagne comme d’une héroïne !

L’histoire de la Bretagne est donc bordélique à souhait : intrigues, successions problématiques, divisions, alliances douteuses… C’est clair comme de l’eau de roche : un peu plus de clairvoyance, un peu plus d’audace parfois de leur part, et notre chère Bretagne serait aujourd’hui un pays comme un autre.

Le roman de la Bretagne est écrit dans une langue très accessible, le récit est constellé de sentencieuses expressions qui peuvent agacer par leur fréquence, et de comparaisons qui ne sont pas toutes très heureuses. Peu importe. Après tout, cela rend peut-être plus digeste l’incroyable litanie des péripéties de cette histoire. J’avoue humblement que je sors de cette lecture à peine moins inculte qu’en y entrant, tant elle foisonne de personnages et d’évènements…

Comme Gilles Martin-Chauffier, je crois l’avènement d’une Bretagne indépendante possible, car comme il le fait remarquer, le centre de décision est en train de se déplacer de Paris à Bruxelles. D’une tutelle centralisatrice et sourcilleuse, friande d’intégration forcée, à une autorité qui a d’ores et déjà marqué sa bienveillance à l’égard de la (re)naissance d’états en son sein, (Kosovo, Slovaquie, etc.).

La Bretagne s’est emparé de moi tandis que j’entrais en adolescence. Jamais depuis elle ne m’a quitté, mais pendant de longues années elle a sommeillé en moi, me rappelant à son bon souvenir de temps à autres.
Voici venu le temps de raviver cette liaison. Mon automne s’annonce, c’est en Bretagne et auprès de mon aimée que je passerai mes dernières saisons, entre brises et cris de mouettes… Le temps me sera donné, si Dieu veut, de poursuivre cet ardu apprentissage de l’histoire du Duché.
Je reviendrai sûrement sur ce grand voyage prochainement.

Le roman de la Bretagne – L’histoire et les hommes
Gilles Martin-Chauffier
Points, 2010 / Editions du Rocher, 2008

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s