John Green. Nos étoiles contraires. Nathan, 2013.

Une puissante histoire d’amour éphémère entre Hazel Grace et Augustus, deux adolescents cancéreux.

Une rencontre faite de regards échangés… Une amitié se crée. Hazel Grace résiste mais assez vite s’abandonne dans les bras d’Augustus, dans ceux de l’amour.

Les mots de John Green traduits en français par Catherine Gibert m’ont transportée. Vraiment. J’ai partagé le quotidien des amoureux et de leur entourage… Douleur, souffrance, tristesse mais aussi rires et joies sont retranscrits sans pathos.

Il y a urgence à vivre, vivre pleinement ses émotions, vivre l’instant présent, penser au jour le jour. Hazel Grace Lancaster, Augustus Waters et leur ami, Isaac, connaissent cette urgence.

Faut-il attendre d’être gravement malade pour vivre… vivre le grand amour ?

Bien sûr, Nos étoiles contraires parle aussi des relations quelques fois compliquées entre les adolescents et leurs parents, la maladie accentuant la complexité de ces liens.

Un roman qui m’a un peu déçu par sa fin… trop rapide. Les derniers chapitres s’envolaient sous mes yeux… Et la toute fin ne me semble pas aussi extraordinaire que le reste du livre. Je m’attendais à quelque chose de plus… « spectaculaire » !

Une lecture d’amour. Madame lit son défi 2019… et moi aussi. Février. Roman d’amour.
Une lecture empruntée.

Roman lu grâce à mon amie 2.0, Hanae. Son avis sur ce livre est visible en cliquant ici. (son blog date… fermé depuis. Si elle lit toujours autant, ses lectures, elle les garde pour elle.)

Nos étoiles contraires
Traduit par Catherine Gibert.
Nathan Jeunesse, 2013. 336 pages.
Titre original : The Fault in Our Stars
Fiche du livre sur nathan.fr

John Green est né en 1977 et vit à Chicago. Son premier roman Qui es-tu Alaska ? a reçu le Michael L. Printz Award, prestigieux prix américain qui récompense, chaque année, un livre à destination des adolescents pour ses qualités littéraires. En 2007, John Green et son frère Hank décident de cesser toute communication écrite et d’utiliser exclusivement des vidéos en ligne (projet Brotherhood 2.0). Ils donnent ainsi naissance à une communauté d’internautes, les Nerdfighters, dont le but est de lutter contre la bêtise ambiante (en levant des fonds pour lutter contre la pauvreté dans les pays en voie de développement par exemple). Son dernier roman, publié chez Nathan en février 2013, Nos étoiles contraires a été élu « meilleur roman 2012 » par le Time Magazine. (source : site nathan.fr)

Publicités

17 commentaires sur “John Green. Nos étoiles contraires. Nathan, 2013.

  1. Contente de pouvoir lire ton avis ! La fin du livre m’a un peu surprise mais après réflexion, je l’ai trouvé « juste » et prévisible par rapport au déroulement de l’aventure. L’auteur nous avait, il me semble, un peu prévenu.
    Merci pour ce bel avis et agréable journée !

    1. Je viens de mettre à jour mon article. La fin est évidente, bien sûr. Mais je parle vraiment des dernières pages qui m’ont déçue…
      Merci à toi !
      Paisible après-midi 😊

      1. Je savais qu’il y avait une incompréhension due à mes manques de précisions. 😉
        Merci à toi de m’avoir incité à développer mon ressenti.

    1. Exactement, Eveline !
      Et j’aime les deux ! Car ils sont complémentaires : l’un touchant le cancer d’un adulte et l’autre, celui d’un (des) enfant(s). Les deux sont 😍 de très beaux instants de lecture… pour moi. 😊

Les commentaires sont fermés.