Henning Mankell. Les chaussures italiennes. Seuil, 2009.

Une écriture concise pour une lectrice conquise.

Rien n’est jamais fini avant la toute fin. Tout peut encore arriver. Tout peut encore changer, se remettre en mouvement…

L’hiver suédois. Le froid. La glace. Fredik Welin est là, reclus sur son île depuis une dizaine d’années. La solitude et le silence, sa chienne et sa chatte sont ses seuls compagnons. Un jour sur la glace, son passé ressurgit… Lui qui s’enfonce dedans, chaque matin pour ressentir qu’il est toujours en vie.

Tout change, tout se remet en mouvement. Tout peut encore arriver car rien n’est jamais fini avant la toute fin.

C’est sombre, presque noir. La mort est là. Très présente.
Les rares lumières ne peuvent être éblouissantes à cause du froid. Glacial.
Aussitôt effleuré, l’espoir s’éteint.
Quant à l’amour, il est bien là, entre les lignes quelques fois.

Les chaussures italiennes
Titre original : Italienska skor
Traduit du suédois par Anna Gibson.
Seuil, 2009. 352 pages.
Fiche du livre sur seuil.com

Né en 1948, Henning Mankell a partagé sa vie entre la Suède et le Mozambique. Lauréat de nombreux prix littéraires, célèbre pour ses romans policiers centrés autour de l’inspecteur Wallander, il était aussi l’auteur de romans ayant trait à l’Afrique ou à des questions de société, de pièces de théâtre et d’ouvrages pour la jeunesse. Il est décédé en 2015.

Lu grâce à
Madame lit son défi 2019… Et moi aussi,
au
Cold Winter Challenge
et au défi Au fil des saisons et des pages

Une lecture empruntée
bmvaulxenvelin

Publicités

13 commentaires sur “Henning Mankell. Les chaussures italiennes. Seuil, 2009.

  1. Un livre contemplatif, un récit qui prend son temps.. je suis heureux que tu ais passé un beau moment de lecture. Je ne connaissais pas cet auteur. Merci pour la découverte. Douce soirée Eléonore 🙂

Les commentaires sont fermés.