Ce que lisent les gens dans le métropolitain… (2)

(« métropolitain » et non « métro », parce que les sonorités amènent à voyager… à Naples, napolitain. Parce que -tro c’est « trop », trop entendu . Et parce que j’aime écrire les mots entièrement, les dire aussi, mais c’est plus difficile surtout pour une personne qui ne s’écoute pas parler : on ne me l’a pas appris… Maintenant, j’apprends).

Et m’engouffrer dans la bouche du métropolitain avec sous le bras quelques livres à apporter chez GibertJoseph, et en lecture de trajet Les Aventures d’Alice au pays des merveilles.

Il y avait celle qui lisait le journal gratuit 20 minutes,

Il y avait celle qui lisait une bande-dessinée (je n’ai pas su laquelle, impossible de voir le titre d’où j’étais),

Il y avait celle qui lisait La chimiste de Stéphanie Meyer.

Il y a eu quelques semaines avant les lectures suivantes :

Silo : origines (tome 2) de Hugh Howey aux éditions Babel, lu par une femme.

Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh.

Un Grégoire Delacourt, je suppose grâce au jaune de la couverture et à l’article définitif qu’il s’agissait de La liste de mes envies

Et un Folio et je suppose à nouveau qu’il s’agissait des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.

Ce dernier m’attire ainsi que la trilogie Silo. Les autres…

Publicités