Mémoires d’une étrangère, Anne Steinberg-Viéville – Lecture

Et les mots me manquent après ma lecture des courtes mémoires d’Anne Steinberg-Viéville.

Mais je retiens…
… sa première lecture Les fleurs du mal de Charles Baudelaire. Elle avait cinq ans.
… son premier métier : professeur de lettres. Elle avait dix-neuf ans.
… son amour pour les mots.
… son amour pour la musique, la peinture (Kandinsky, Dürer, Nicolas de Staël et d’autres).
… son amour pour les mathématiques.
Sans oublier…
… Marlene Dietrich.
« Le cher et tendre » Bernard.
… Paris, Nice, Antibes
… la maladie
… l’amour, la vie, le sexe.

Le plaisir de découvrir une femme indépendante et libre, curieuse en tous domaines et soucieuse de l’éveil de l’esprit. Une femme intéressante à lire. Très intéressante, Anne Steinberg-Viéville. Regard aiguisé, beauté de l’écriture aux mots puissants sur les faits marquants de son existence. L’essentiel y est sans superflu, ni aucune superficialité.
Maîtresse de sa vie, Anne nous offre une belle leçon : jouir… de la vie, se nourrir de l’Art, s’élever encore et toujours plus et aimer le Beau, le sublime.

Merci à elle.
Merci à La Compagnie Littéraire, les éditions des Mémoires d’une étrangère qui m’ont permis de lire Anne Steinberg-Viéville. Partenariat via SimPlement.

logoviesetfragmentsvie.jpgIMG_20180621_180541_090.jpg

Publicités

2 commentaires sur “Mémoires d’une étrangère, Anne Steinberg-Viéville – Lecture

Les commentaires sont fermés.