Incipit – Libertango, Frédérique Deghelt

Ce dimanche, j’ai choisi un livre de ma liste d’envies pour le rendez-vous des Premières lignes de Ma Lecturothèque.

Voici l’incipit de Libertango de Frédérique Deghelt

À Jim,
à tous ces enfants différents
qui ne savent pas encore
ce que contient le chapeau.

L’existence procède de la lutte, je ne le sais que trop.
Alexandre Jollien

Où va-t-on quand on veut du jour au lendemain
échapper à l’ordinaire, trouver l’incomparable, la
fabuleuse merveille ?
Thomas Mann

Tu t’approches de toi-même, il faut comprendre
cette vérité, que toi tu es la vérité et qu’il n’y en
a pas une autre.
Sergiu Celibidache

Il y eut les premiers sons désaccordés, tâtonnants, qui semblaient pleurer en attendant que commencent véritablement les choses. Il y eut ce moment calme, quand je me suis avancé dans la salle, les applaudissements de l’assemblée, comme une ultime faveur accordée avant que je ne fasse mes preuves. Avec une main un peu moite, je saluai mon dernier allié, le plus proche, avant de laisser place à ce silence recueilli qui précède l’envol. Je les regardai tous, puisque je tournais le dos aux autres, et le sourire que je leur offris n’avait rien de bref ou de crispé. Ce sourire était ma dernière chance de les embarquer et je le désirais plus que tout au monde. Nous devions désormais nous faire confiance parce que nous n’avions pas le choix et, surtout, parce que ce serait la dernière fois. Je dirigeai mon regard vers les premiers à intervenir et ils caquetèrent le début de leur discours. Puis, accrochés à leurs cordes, montant et descendant dans la mâture, graves et plus jeunes se mirent à ramper vers moi. C’est dans la pluie de ce qui suivit que je saisis mon énergie. D’une main ferme, je m’appuyai sur ce qui venait d’être envoyé et s’effaçait déjà pour faire place à un déploiement élégant. Je me sentais posé sur le bord de chaque envolée, si bien que, lançant avec force les canons, je pus sentir le frémissement de la salle et sa surprise quand retentirent les coups assénés, parfaitement accompagnés par la douceur des milliers de voix virevoltantes pour répondre à la main qui les encourageait. Je souris et pris la taille de la plus jolie des mariées pour la faire tournoyer sans jamais succomber. Je suggérai que quelque chose d’infime pouvait se passer et les ombres des vents contraires murmurèrent que tout était encore possible.

Merci Aurélia
Encore et toujours
pour ce rendez-vous dominical

Publicités

3 réflexions sur “Incipit – Libertango, Frédérique Deghelt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s