Incipit – Comme une feuille de thé à Shikoku, Marie-Édith Laval

Encore un extrait de ma lecture en cours.

Au fil de mon errance sur le site internet des éditions Le Passeur, suite à ma lecture La poésie sauvera le monde, découverte d’un récit de voyage au Japon. Couverture attirante, résumé tout autant : achat et lecture !
Je vous en offre les premières lignes :

Prélude au départ
La clé des champs

Allons, chapeau, capote, les deux
poings dans les poches et sortons.
Arthur Rimbaud

“« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous », disait Paul Eluard. Et la vie m’a offert un bien beau rendez-vous !
En août 2012, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, quelques kilomètres avant la ville de Melide, une rencontre « hasardeuse » avec un pèlerin japonais devait me conduire à parcourir l’été suivant en solitaire, sac au dos, les 1 200 kilomètres du pèlerinage de Shikoku, sur les pas d’un certain Kûkai dont l’existence même m’était alors absolument inconnue. D’un chemin à un autre, d’un continent à un autre, il n’y a parfois qu’un embranchement au détour d’une discussion fructueuse joyeusement partagé au rythme de la marche.”

Agréablement imprégnée par les mots de Marie-Édith Laval, je poursuis ma lecture Sur les chemins sacrés du Japon.

Publicités

9 réflexions sur « Incipit – Comme une feuille de thé à Shikoku, Marie-Édith Laval »

Les commentaires sont fermés.