Victor Hugo, XXI (de L’âme en fleur de Les Contemplations)

logo-prc3a9sentation-poc3a9sie
Je reviens offrir ma contribution au Cahier de poésies d’Asphodèle.

Et en ce jeudi, je choisis un poème de Victor Hugo extrait du deuxième livre L’Âme en fleur de son recueil Les Contemplations.

XXI

Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
» L’âme pleine de foi, le cœur plein de rayons,
» Rompre les mille nœuds dont la ville nous lie;
» Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
» Nous fuirions; nous irions quelque part, n’importe où,
» Chercher, loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
» Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses,
» Une maison petite avec des fleurs, un peu
» De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
» La chanson d’un oiseau qui sur le toit se pose,
» De l’ombre; — et quel besoin avons-nous d’autre chose ? »

Juillet 18.

Enregistrer

Publicités

8 réflexions sur “Victor Hugo, XXI (de L’âme en fleur de Les Contemplations)

  1. Paris ou ailleurs
    l’âme pour être en fleurs
    n’a besoin que d’un autre coeur
    à remplir de sa présence toute en douces heures 🙂

  2. Irions-nous dans la forêt du poème choisi par Edualc ?
    Il suffit parfois de s’évader juste dans sa tête…
    J’aime bien Victor Hugo, Eléonore, et ces quelques vers ne sont pas du tout ennuyeux 😉
    Bises d’O.

  3. Hugo dans son art choisi de la contemplation… La solitude, oui, mais jamais sans une femme ! 🙂 J’aime beaucoup ce poète et Les Contemplations qui me parlent particulièrement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s