Marion Haas, Le temps du départ

Extrait du recueil Fragments d’espoir

Le temps du départ

Si l’on parlait un peu du temps
du temps qui passe
dans une impasse
du temps qui fui
comme la pluie
Si l’on parlait un peu du vent
du vent qui coule
et qui roucoule
celui qu’on sent
celui qu’on vend
Si l’on parlait dans les nuages
sans réfléchir à l’heure, à l’âge
dans ce coton où l’on est bien
où il fait bon, où tout revient
Si l’on partait sans crier « gare »
sans parapluie et sans bagages
en se foutant des marécages
sans wagons-lits sans première classe
si on mettait les voiles
si on sortait les toiles
si on sentait l’étoile
si on levait le voile ?

Non.
Rester et continuer à son rythme, aux sons d’hier bien ancrés dans ce présent… Présent à apprendre, à apprivoiser… et juste un sourire et se dire « Don’t worry be happy ! »

Publicités

Une réflexion sur “Marion Haas, Le temps du départ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s