Inspiration 10.31.16

J’ai tout oublié du visage au sourire, des rires aux caresses… presque tout oublié.
Sa voix est là, à me murmurer son souvenir de Deauville.
Quelques notes, piano-piano, quelques mots, et tout me revient comme si j’avais vu, comme si je l’avais vu, mais il n’en est rien.
Rien sur la table, aucune lettre, il est parti sans un cri et au loin, je l’entends me demander si je suis heureux !
A présent tout semble clair : des doutes aux trahisons.
Il reste ta course vers la vie. Ton devenir devant toi.
Ta voix. Il me reste juste cela. Rien que cela.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s