Garder, regarder… vous revoir

Votre visage m’apparaît. Vos yeux, surtout, et votre regard aussi.
La musique ? J’écris en compagnie de la Symphonie no. 7 de Beethoven. Vous plaît-elle ? Je ne sais pas… Et il est bon de ne point savoir.
Il y avait le bleu de votre robe, mais avant, j’ai vu le noir de votre manteau.
Votre sourire et votre question murmurée pleine de délicatesse, d’attention…
Vos yeux… votre regard… vos allées et venues vers moi exprimant votre présence…
Oui, mon regard, mes yeux ont vu, ont compris vos mots tus.
Mes larmes retenues, mes pensées tournées vers… que vous dire ? Rien. Je réfléchis et me relis. Les phrases construites manquent, les infinitifs sont toujours présents, j’essaie qu’il soient moins, en vain.
J’aurais voulu vous écrire plus… La solitude s’estompe, un tête-à-tête s’annonce.
Encore mon merci d’être venue à moi.
Symphonie no. 7 op. 92 in A majeur : Allegretto. Beethoven

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s