Anne Wiazemsky, Une année studieuse

Le vertige
Le passé se mêle au présent
1966 et 2016 se confondent
Lire pendant le 69ème Festival de Cannes
Une année studieuse d’Anne Wiazemsky

L’affiche du festival
Le Mépris de Jean-Luc Godard
N’en avoir vu que le début il y a deux ans environ
Brigitte Bardot ne m’en laisse pas voir la fin…

Ces derniers jours
Être auprès de Godard, amoureux jaloux,
D’Anne Wiazemsky en plein émoi et en admiration devant lui
Et d’un timide Jean-Pierre Léaud… en 1966
Alors qu’à ma lecture
Il reçoit une palme d’or d’honneur
Cannes. 2016

Les deux années se mêlent, se fondent
Je me plonge dans l’une comme dans l’autre
Et surtout dans les 277 pages
D’Une année studieuse
Année scolaire 1966/1967 d’Anne Wiazemsky
Dans l’univers du cinéma
Au cœur de la bourgeoisie parisienne
Sous le toit de François Mauriac, grand-père d’Anne
Au sein de l’université de Nanterre
Y côtoyer Dany… (Daniel Cohn-Bendit)
Et vivre les prémices de mai 68

J’observe, je découvre
Je note, prends note
Des références cinématographiques, musicales…
Et entoure le numéro des pages
Je souris à la lecture de certaines phrases
Appréhende la fin… (du livre)
Entre Godard et Wiazemsky

« Dans tes classeurs d’université
Il y a tes rêves et tes secrets…
Des mots de femme
Que tu caches petite Anne »*

Il y a cela dans Une année studieuse
Des mots
Un style addictif
Un besoin d’en savoir plus
Toujours plus
Connaître dans les moindres détails
Les sentiments et émotions d’Anne Wiazemsky
Ressentir avec elle
Tout en restant moi-même
Juste comprendre ses relations
Avec son amour
Sa mère
Ses amis plus âgés
Ses amies de son âge
Et toutes les autres personnes du livre
Oui, c’est ça
Qui m’a rendue dingue
Chercher, comprendre, savoir…

Il y a un peu de folie dans ce récit
Beaucoup de passion(s)
Et d’amour
L’amour pour Godard
Pour Jeanson, Cournot et les Autres
Le cinéma de Bresson, Truffaut…
Pour le théâtre
La musique de Mozart et Chopin…
La philosophie de Sartre et de Beauvoir
Et surtout pour la vie

Il y a tous ces noms et bien d’autres encore
Un seul reste
Godard
Jean-Luc mis à nu, nu devant Anne…

« Jean-Luc avait retiré ses lunettes. Je découvrais ses yeux, très beaux, grands ouverts qui fixaient les miens. Son regard était si doux qu’il en était presque triste. Il semblait s’offrir sans rien demander en échange, se donner complètement et pour toujours. Sans lunettes, il montrait quelque chose de caché, quelque chose de très intime. »

L’histoire ne fait que commencer…
Que se passe t-il Un an après ?
Je le lirai et vous dirai…

* Reprise des paroles de Diabolo menthe d’Yves Simon

(Une année studieuse, Anne Wiazemsky. Folio 5680. ISBN : 978-2-07-045387-0)

Publicités

3 réflexions sur “Anne Wiazemsky, Une année studieuse

  1. Bonjour, je l’ai et beaucoup aimé. J’ai la suite aussi qui m’attend. J’ai beaucoup aussi  » Mon enfant de Berlin » qui relate la vie de sa mère, fille d’André Malraux, ambulancière en 1944. Tu as écrit une très belle chronique.

    1. Bonjour. Merci pour votre passage et votre compliment.
      Je n’ai pas la suite… mais cela ne saurait tarder…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s