Victor Hugo, Printemps

Dans la douceur de ce soir d’avril, revenir vers vous avec les rimes de Victor Hugo et son Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

(Recueil : Toute la lyre)

Et avant de vous laisser, vous souhaiter une belle soirée.

Publicités

9 réflexions sur “Victor Hugo, Printemps

  1. Douceur et joie bucoliques … Quelque chose d’heureux chante dans l’infini … que ce chant est doux à nos oreilles qui réenchante et réconcilie la Nature et notre esprit 🙂
    Merci pour la découverte de ce petit bijou de poème rempli d’enthousiasme (dieu intérieur) de Victor ce « monstre » de la poésie qui j’avoue m’a toujours fait un peu peur avec ses poèmes trop longs à mon goût…
    Alors … Vivement dimanche prochain! 😉
    Belle soirée Eleonore 😉

    • Merci pour votre joli commentaire.
      Ravie de vous faire découvrir ce poème de Victor Hugo.
      A bientôt parmi les vers (sourire).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s