Inspiration acrostiche 1.28.16

Je suis restée sur le trottoir sans oser…
Et les ai regardées pleurer, être en colère
Un instant, j’ai pensé… sans oser
Des cris, détresse, profonde tristesse, trop grand mal-être
Immobile, je suis restée sur le trottoir, sans oser.

Et après, il fallait continuer… faire comme si rien ne s’était passé, comme si on avait rien vu. Alors, on s’en veut de ne pas avoir osé. On s’en veut et on pleure de les avoir laissées. On continue notre chemin, on pleure, on prie… on espère que cris et larmes se sont tus pour retrouver paix, apaisement…

Il est des jours où…

La nuit est là !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s