Extrait de Lady sings the blues, Billie Holiday

Toujours dans ma lecture passionnante sur la vie de Billie Holiday, je vous laisse lire cet extrait :

Ça aurait été sympa s’il n’y avait pas eu une autre chanteuse dans l’orchestre ; elle n’aimait guère les Noirs, et particulièrement moi […]
Je me souviens d’un engagement dans un collège chic de garçons en Nouvelle Angleterre. Elle était ravie parce qu’elle était certaine que je resterais dans le car une fois de plus : j’étais trop noire et sexy pour ces minets. […] le directeur est venu nous expliquer qu’il ne devait pas y avoir de femme sur scène.
Qu’est-ce que je me suis payé sa gueule ! Je lui ai dit :
    – Tu vois, ma biche, avec ta pureté de traits et ta merveilleuse blancheur, tu ne vaux pas plus que moi. Ils ne nous veulent ni l’une ni l’autre, nous sommes deux femmes !

C’est … triste. Triste de se dire que cela a presque 70 ans et est toujours d’actualité. A croire que rien ne change… ou si peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s