Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur terre, Philippe Delerm

Le voir (déjà ?) en librairie. Émotion à en rougir, avoir le cœur battant et ne cesser de sourire. Payer, sortir de la librairie et commencer à le lire…

Me retrouver dans le Paris de Philippe Delerm à S’aimer dans le métro ou Place Constantin-Pecqueur, à admirer Les contre-jours du Luxembourg, à Danser sans savoir danser un Tango sur Seine, à revivre ma journée avec eux terminée sous une Averse, sur le pont des amoureux où Les cadenas sont d’or, mais ne s’observent plus. Et Paris, Au troisième balcon ? J’aurais pu, moi aussi, mais Tendre est la vie cruelle. Alors, retrouver Les bruits de Venise et découvrir Bruges la morte ; hésiter à être Seul ! sur L’aire de pique-nique ou connaître Les réponses de Monsieur Hulot, Philippe Delerm aime aussi détailler les visages : admirer ce qu’Elles savent, s’apercevoir que Ses lèvres bougent à peine et attraper ces Sourires au vol.
Et un soir d’été, on ne sait pas si c’est Boire le soleil, ou boire une ombre ?, Les eaux troubles du mojito nous séduisent, alors que chez eux, c’est Guignolet ou rien !. On connaît enfin Le mensonge de la pastèque, on voudrait Croquer un navet, mais c’est l’heure de La deuxième étoile. Il pleut de la lumière.
La mémoire de l’oubli.
Le temps est une plage.

Tourner la page.

Retrouver le même banc, libre, où je finissais de lire, il y a une semaine, toutes les belles raisons d’habiter sur terre de Philippe Delerm. Écrire ces quelques mots. Repenser à mes deux derniers étés, mes lectures… Philippe Delerm, l’écrivain de mes beaux jours, à la douce prose, aux mots que j’aime, livre après livre.

Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur terre de Philippe Delerm. Éditions du Seuil, août 2015.

Publicités

7 réflexions sur “Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d’habiter sur terre, Philippe Delerm

  1. J’ai failli l’acheter hier. J’aime beaucoup ces collections d’instants que sont les livres de Delerm. Et je suis amoureuse du fils. Quelle famille !

    1. Lu d’une traite ! Dans le désordre. Je l’ai beaucoup aimé. Maintenant, j’ai les autres à finir ou à lire et à acheter.
      Amoureuse du fils, également, et de Martine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s