Victor Hugo, Unité #poésie

Il reste quelques heures avant que tombe la nuit.
Il reste quelques heures avant la fin de ce dimanche.
Il reste quelques heures pour vous transmettre quelques mots poétiques, quelques mots de Victor Hugo
Les mots d’Unité

Par-dessus l’horizon aux collines brunies,
Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,
Se penchait sur la terre à l’heure du couchant ;
Une humble marguerite, éclose au bord d’un champ,
Sur un mur gris, croulant parmi l’avoine folle,
Blanche épanouissait sa candide auréole ;
Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,
Regardait fixement, dans l’éternel azur,
Le grand astre épanchant sa lumière immortelle.
«Et, moi, j’ai des rayons aussi !» lui disait-elle.

Un dimanche, poésie avec Hugo pour Les Misérables auxquels on pense même quand on ne les a pas lus et qu’on passe devant Notre-Dame.

Publicités

3 réflexions sur “Victor Hugo, Unité #poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s