Souvenirs et hommage à Colleen Mc Cullough

Jeudi et je dis toute peine et mes souvenirs en ce soir tristesse.

Il suffit d’un rien (un prénom et un nom) pour revivre cet été-là passé chez elle à lire celle qui est décédée, aujourd’hui.

Soleil et chaleur, volets entrebaillés, rideaux vénitiens baissés et fenêtre ouverte, j’étais assise dans un fauteuil Voltaire à lire Tim de Colleen Mc Cullough, ma grand-mère, elle, assise sur une chaise dans sa cuisine, prenait sa tisane et lisait le journal local. Une simple cloison nous séparait. Elle était là, mamie, tout près de moi, j’étais auprès d’elle tout en étant en Australie. Je ne me souviens plus de l’histoire de Tim. Vague souvenir. Je me rappelle juste de tous ces jours passés, seule, chez mamie. La seule fois.

Un séjour inoubliable qui me revient ce soir, où j’apprends la mort de Colleen Mc Cullough.

Je me souviens de la tendresse et douceur dans son écriture et de cet amour qui m’enveloppait lors de ma lecture. Je me souviens de marcher avec ma grand-mère pour nous rendre à la bibliothèque. Je me souviens des cloches de l’église, église où des décennies plus tard, Mamie, je te disais adieu. Je me souviens, Mamie, de ton gâteau de semoule, de ton flan, de tes rapées, de tisanes et infusions au miel, je me souviens de … toi. De toi dans ta maison à deux étages avec ses escaliers, raides, en bois recouverts de cette moquette bleue moisissure semblable au Roquefort. Je me souviens de ta chambre qui était celle de maman, jeune fille et de la chambre d’à côté et celle du haut, au dernier étage que tu m’as aménagée pour cet été-là. Un été passé à lire, écrire, me promener avec toi, passer du temps toutes les deux, ensemble ; il y avait du calme, des silences, une sérénité et une paix que j’ai gardées en souvenir.

Si ce soir, quelques larmes me viennent en pensant à toi, c’est d’apprendre le décès de cet écrivain qui me rappelle ô combien tu me manques.

Soyez heureuses et en paix : Colleen Mc Cullough et Mamie.

Publicités

6 réflexions sur “Souvenirs et hommage à Colleen Mc Cullough

  1. Des larmes et un sourire au milieu, la vision de vous deux, le souvenir de ma mamie aussi et de ce lien si fort, de sa mort aussi… bref ce fut un moment délicieux que de lire ce texte tout en finesse et en douceur, avec une immense dose d’amour à l’intérieur. Merci!

    1. Merci beaucoup Sabine. Pensées pour ta grand-mère ❤ pour vous deux.
      Il manque tellement de choses, de détails … j'aimerais tellement écrire sur elle, mais ce soir, c'est difficile. Le souvenir est bien présent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s