La petite cloche au son grêle, Paul Vacca

Aujourd’hui, je fais revivre une ancienne chronique.
Relue et corrigée, la voici :

Découvrir l’avis de fais-moi les poches sur ce livre et l’envie de le lire a été là.
Me le procurer.
Acheter ces 168 pages
des éclairs au chocolat
et non des madeleines.

Le commencer dans et hors du magasin, sur le chemin pour rentrer chez moi. Marcher, lire ; lire en marchant, marcher tout en lisant ; ne pas m’arrêter. Faire de simples pauses afin d’éviter un éventuel poteau ou rentrer dans une personne et passer pour une cloche. Continuer. Impossible de décrocher. Rire aux éclats et faire sourire un cycliste.
Arriver près de chez moi, m’asseoir et poursuivre ma lecture. Le soleil offre ses derniers rayons, le mistral souffle doucement, mais le fond de l’air est frais : je rentre.

Un petit message à l’auteur et je retourne à ma lecture.

Finir ce livre avant minuit et pleurer comme une madeleine. Sans cela, rien a cloché pendant cette lecture.
La douceur des mots de Paul Vacca m’aura fait passer des (sou)rires aux larmes et un agréable moment en compagnie de Marcel Proust.

Écrire ces mots vingt-quatre heures après son achat.

Quand la gourmandise me pousse au-delà de la première bouchée, c’est une lecture éclair qui m’enchante et retentit encore en moi.

Eleonore, le 9 août 2013 et 20 janvier 2015.

(Editions : Le livre de poche, ISBN : 978-2-253-17551-3)

Publicités

5 réflexions sur “La petite cloche au son grêle, Paul Vacca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s