Inspiration prose 1.18.15 – Pourquoi moi ?

Je prends un risque en commençant cet écrit (?), ce texte (?), cet article (?) déjà je ne sais comment nommer ces futures phrases …
Rien d’autres que des synonymes, ces trois mots. Ils renferment la même chose : des phrases, un thème, une ou des idée(s) accompagnée(s) de sentiments et d’émotions.
Je m’arrête sur ce détail. Je veux écrire sur un thème bien précis.

Je continue dans ma prise de risque. Un double risque. Fond et forme seront absents ou hors norme : manque de structure probable, de volonté d’approfondissement d’idées, oublis de ponctuation ou trop de ponctuation, conjugaison et grammaire sans leurs règles, et j’en passe déjà. Ajoutez la lâcheté pour le début. Incapable de rentrer dans le vive du sujet.

《 Pourquoi moi ? 》

En deux mots, seulement deux mots, je sème le trouble, l’exaspération, l’interrogation, l’étonnement … auprès de mes ami(e)s.
Cette fois, je ne veux pas lire sa réponse. Pas tout de suite. Après cet article (ce texte, cet écrit). Plus tard.

《 Pourquoi toi ? Et pourquoi moi ? pourrais-je te demander. 》

Oui, nous y sommes. Me retourner la question.

《 Pourquoi toi ? 》

Dois-je répondre par un parce que ? Dois-je répondre ?
Que dire ?
Exprimer mes sentiments, mes émotions et sensations. Mettre en mots : rude exercice.

《 Pourquoi toi ? 》

Parce que … l’attirance – mon cœur en accélération, l’esquisse de mon sourire en te voyant la première fois -, parce que notre soudaine complicité, ton émotion à chaque mot, ta douceur et ta tendresse, ta sensibilité très hyper, ton attention envers moi, ton vécu, ton quotidien dont je fais partie parallèlement, parce que … pour ta vision du monde, ton regard sur moi, tes mots réconfort, ta présence et ton silence, tes absences et tes manies, pour toi, tout simplement.

《 Parce que toi et personne d’autre. Parce que toi. 》

Parce que notre amitié est là, grâce à toi et moi. Parce que nous savons : l’amour est sans mot, l’amitié aussi.

Pour toi.

Publicités

6 réflexions sur “Inspiration prose 1.18.15 – Pourquoi moi ?

  1. À mon humble avis, il y aurait encore amplement assez de place, aux côtés des trois (quasi-)synonymes que sont « écrit », « texte » et « article », pour un quatrième mot, non seulement symbolique de la terminologie du blogging, mais aussi de l’esprit de ces lignes : « billet ». Puisqu’il y est question d’amour et d’écriture dans tous leurs états, j’imagine en effet assez aisément qu’il y en a vraisemblablement eu plus d’un entre vous, de ces billets doux déposés discrètement sur l’oreiller ou dans la poche de la veste pour que l’effet de surprise ne puisse que s’en trouver grandi lorsqu’il rejaillit plus ou moins fortuitement de sa cachette… Non ?:-)

    Qu’importent le fond et/ou la forme alors qu’il suffit d’un peu de bonne volonté pour lire jusqu’entre les lignes de cet objet littéraire aux appellations potentiellement multiples à quel point votre union échappe à une raison qui voudrait commencer par la ranger dans l’une des catégories (amour ou amitié) avant d’en expliquer toutes les facettes ! À la question « pourquoi moi », la réponse est en toi, pour peu que tu veuilles la connaître. Mais en même temps, si tu le savais, je suppose que tu ne serais plus la même, fascinante, intrigante, mystérieuse, tantôt joyeuse, tantôt mélancolique, déconcertante dans ces moments où tu disparais sans que je ne sache trop ni si, ni quand tu renaîtras en quelque endroit de la toile…, mais au fond, si fidèle à ceux pour qui tu as de l’estime. Alors, si vous vous êtes trouvés, ce n’est pas tant le fait du hasard, mais juste parce que même les mots les plus maladroits, même les silences vous suffiraient pour vous comprendre peut-être encore plus spontanément que chacun(e) de vous n’arriverait à se connaître soi-même…

    Assurément très heureux de te lire par ici, Eléonore, je te souhaite une année 2015 en tous points conforme à tes désirs et tes rêves, t’embrasse bien fort et te dis « à très bientôt »:-)

    • Merci.
      M E R C I énormément Christian pour ton message.

      Quelques gouttes de pluie au coin des yeux … touchée profondément.

      Merci encore.

      A très bientôt.
      Et la bise fut venue …

  2. Tu fais un magnifique hommage à celui qui te bouleverse le coeur, l’âme. Je suis content de voir que le bonheur a trouvé place en toi. Tu en avais besoin et tu le merites

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s