Véronique Poulain, Les mots qu’on ne me dit pas

Rentrée littéraire 2014. Concours. Tenter ma chance pour gagner, pouvoir lire : je l’ai fait et …

Lundi 15 septembre.
Mail des éditions Stock.
Je fais partie des heureux gagnants à leur concours ”Rentrée littéraire » où l’on remporte un livre dédicacé. Quel livre ? Je ne sais pas. Secrètement, je vœux Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain.
J’ai vaguement suivi la rentrée littéraire, celle de Stock, si – lu tous les résumés des livres et le seul à faire accélérer mon cœur de bonheur est celui sur Les mots qu’on ne me dit pas.
J’écoute l’avis de Gérard Collard dans Les coups de cœur des libraires (émission télévisée sur LCI), il confirme les battements de mon cœur.

Jeudi 18 septembre.
Enveloppe marron des Editions Stock. Je l’ouvre et

image

C’est lui !
Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain est là, prêt à être lu.
Impatiente, je l’ouvre, lis les premières pages et en oublie de lire ma dédicace.

Je lis. Lis encore et encore. Je découvre l’histoire de Véronique Poulain – issue d’une famille de sourds (ses parents) et entendants (ses grands-parents et cousin, cousine) –, son enfance, son adolescence, ses émotions, ses coups de gueule, ses questionnements, son amour pour sa famille au fil de 144 pages.

Sa voix se fait entendre.
Ces mots qu’on ne lui a pas dit ne se lisent pas, ils s’entendent et s’écoutent. Elle a plein de choses à nous dire, elle parle, explique son quotidien auprès des siens avec son style cru, parfois, direct, spontané comme l’est la langue des signes où seuls, les mots essentiels sont présents – « pas de métaphores, pas d’articles, pas de conjugaisons, peu d’adverbes, pas de proverbes, maximes, dictons. Pas de jeux de mots. Pas d’implicite. Pas de sous-entendus. Déjà qu’ils n’entendent pas, comment voulez-vous qu’ils sous-entendent ? »

Ses pensées fusent, ses mots diffusent et s’ancrent en nous.
Les mots qu’on ne me dit pas dansent, bougent, tournoient, virevoltent sous nos yeux, ils sont un concentré de bonheur, de joie, de vie, de cris enfin écrits !

« Le cri de la mouette » d’Emmanuelle Laborit se fait entendre au loin. Je m’en souviens. Et cette mère sourde et muette chez qui je travaillais, elle est là, tout près de moi ; je me revois, maladroite, avec mon réflexe de lui dire : « j’ai fini ! » ou de parler trop vite, ne pas assez articuler, elle, qui lisait sur les lèvres. Je m’en souviens aussi…

Véronique Poulain révèle des anecdotes de sa vie avec humour, spontanéité et authenticité. Elle va à l’essentiel et c’est un vrai et réel plaisir de la lire avec l’espoir de la découvrir dans son deuxième livre.

Un grand merci aux éditions Stock pour leur concours et à Véronique Poulain pour sa dédicace. Merci encore et encore !

(ISBN 978-2-234-07800-0)

Publicités

4 réflexions sur “Véronique Poulain, Les mots qu’on ne me dit pas

  1. J’ai lu récemment le livre d’Emmanuelle Laborit, ému de ce témoignage du monde parallèle des sourds-muets. Votre billet m’a donné envie de lire celui de Véronique Poulain. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s